Le courage de Miriam Lindsay

Je suis chez moi, devant mon ordinateur, me cherchant un sujet pour écrire.  Je tombe sur un article de Radio-Canada qui parle de Miriam Lindsay, une canadienne qui travaille pour l'ONG Youlth Health Development Organization à Kaboul.  Dans cet article, elle parle de la façon dont elle a vécu le dernier attentat (elle était très près) et comment elle vit sa vie en Afghanistan.

Je peux dire que cela m'impressionne qu'une canadienne puisse aller vivre là-bas, malgré tout ce qu'on entend parler ici.  Est-ce que je serais capable de le faire?  Je ne crois pas, ça me ferait faire beaucoup trop d'anxiété, je n'ai pas cette force-là (je suis honnête).  Mais ce que je me demande c'est qu'est-ce qui les motivent à aller aider dans un pays en guerre?  Car ce n'est pas un jeu, c'est réel et les dangers actuels, ça ne se limite pas à la télévision comme ici.  Quelles genres de personnes ont assez de sang froid pour faire fi de ces dangers?

Je crois que ça prend quelqu'un qui a un niveau d'anxiété très faible en tous cas, assez pour réagir lors de dangers, mais pas assez pour n'avoir que cette idée en tête.  Quelqu'un d'extrêmement volontaire, qui a le désir d'aller aider une société qui vit des actes de violences de façon quotidienne.

Je dois vous dire que c'est quelque chose que j'admire.  D'abord, parce que j'en serais incapable mais aussi car il y a une cause qui motive les gens à aller aider, coûte que coûte, peu importe les dangers.  Je trouve ça beau.

Il y a des gens qui font leur effort pour changer le monde.  Bien qu'on ne puisse pas tout changer seul, il y a des gens qui font de réels efforts pour améliorer le sort des gens sur la planète et on a besoin de personne comme ça.

Ma fille aînée pense beaucoup au sort de la planète ces temps-ci et ça la décourage beaucoup mais je lui dis toujours que peu importe comment on choisit de le faire, on peut ajouter notre pierre à l'édifice pour rendre le monde plus beau.  Je crois que ce questionnement qu'elle a ces temps-ci motive ses choix futurs qu'elle devra faire pour son avenir et je trouve ça bien qu'elle s'en préoccupe assez pour en tenir compte.

C'est sûr qu'on a pas besoin de risquer sa vie pour améliorer le monde.  Il y a toutes sortes de façons de le faire et à plusieurs niveaux.  Je crois qu'on fait tous quelque chose à notre façon.  Mais je dois vous dire que ceux qui le font, comme Miriam Lindsay, méritent toute notre admiration.


Messages les plus consultés de ce blogue

Caouane

Ma vie

Les filles et la sexualité